tendinite de la main

Les tendinites du poignet : La tendinite de De Quervain

Il s’agit d’une inflammation des tendons du poignet du côté du pouce (les courts extenseurs et long abducteur). Ces tendons coulissent dans une gaine ostéo-fibreuse étroite, et peuvent être irrités par des micro traumatismes répétés.
Cette tendinite touche plutôt la femme que l’homme, généralement après 40 ans.
Le diagnostic repose sur l’examen clinique avec des douleurs sur la styloïde radiale, exacerbées par la pression et l’inclinaison cubitale du poignet (signe dit de Flinkeinstein).
Les examens complémentaires sont inutiles, et le plus souvent normaux.
Le traitement médical repose sur le port d’attelles de repos (orthèses), les anti-inflammatoires, et les infiltrations locales de cortisone ;
Dans les formes les plus graves (tuméfaction visible), et/ou résistantes au traitement médical, le traitement chirurgical devient nécessaire ;
Il consiste à ouvrir la gaîne qui serre ces tendons, parfois dilacérés par des cloisonnements aberrants ;
L’intervention est toujours ambulatoire, sous anesthésie loco-régionale (tout le bras) ou générale. Elle est nécessairement suivie d’une immobilisation de repos par une résine pour une durée de 3 à 4 semaines.
Ci dessous en images les temps principaux de l’intervention sur une tendinite de De Quervain au poignet droit :

Aspect caractéristique de la tendinite de De Quervain : tuméfaction sous cutanée radiale, sur le côté du poignet traduisant de l'inflammation des tendons
Aspect caractéristique de la tendinite de De Quervain : tuméfaction sous cutanée radiale, sur le côté du poignet traduisant de l’inflammation des tendons
abord du premier compartiment par une courte incision radiale
abord du premier compartiment par une courte incision radiale
ouverture complète du premier compartiment
ouverture complète du premier compartiment
ici, trois tendons sont irrités dans leur gaîne
ici, trois tendons sont irrités dans leur gaîne
fermeture cutanée, ici par points séparés
fermeture cutanée, ici par points séparés

Les complications

Les complications spécifiques de la chirurgie de la tendinite de De Quervain sont:
– principalement l’algodystrophie, désormais appelée “syndrome régional douloureux complexe de type II”, qui est possible comme pour toute chirurgie des membres. Son explication est complexe, plus fréquente sur un terrain anxio-dépressif ou en contexte chirurgical péjoratif (implication professionnelle notamment, type “maladie professionnelle” ou “accident du travail”). Son traitement est long, et nécessitera une consultation de spécialiste de la douleur: l’algologue. L’algodystrophie guérit toujours, et peut parfois laisser des séquelles de type raideur articulaire.
– le risque infectieux existe comme pour toute chirurgie. Il est très rare car l’opération est rapide, ne nécessite pas de pose de matériel interne, et la main qui est très bien vascularisée se défend très bien contre les infections
– le risque de raideur fonctionnelle de la main,  surtout si le patient ne mobilise pas activement son poignet, main, doigts en post opératoire, de peur d’avoir mal ou de faire une bétise par exemple.
– le risque de lésion nerveuse est possible, par traumatisme plus ou moins marqué de la branche sensitive du nerf radial.
– le risque d’hématome plus ou moins compressif, par plaie artérielle ou veineuse profonde, surtout en cas d’hypertension artérielle, ou de prise d’anticoagulants, peut exceptionnellement nécessiter une réintervention pour évacuer cet hématome.

Les complications générales de la chirurgie sont exhaustivement détaillées au chapitre complications.